Dolto

13 Fév 2009

« Les enfants, quand ils aiment leurs parents, essayent toujours de réparer les dommages dont les parents souffrent.[…] Souvent ils y laissent beaucoup de plumes »

Françoise Dolto

Un autre post utile, via ici :

What am I truly grateful for in my life?

Aim for five answers, and if you have trouble at first, ask yourself alternative probing questions such as:

What relationships do I have that others don’t?
What do I take for granted?
What freedoms, unique abilities, and options do I have that others don’t?
What advantages have I been given in life?
Which allies and supporters have helped me to get to where I am?

Bon, oui, je suis dans un mode plutôt méditatif ces jours-ci…

une démo ahurissante [en],via un blog que je ne connaissais pas…l’influence subliminale dans toute sa splendeur, et par un maître! Chapeau l’artiste!

un autre article [en]: les humains sont moins efficaces quand ils sont en multitasking!

Article de fond dans Time Magazine ; extraits :

Après avoir décrit les gamins qui sont en MSN Messenger avec 4 potes, qui écoutent en même temps iTunes et qui font leurs devoirs dans les trous…

Il n’y a plus de temps d’arrêt : « Roberts note que les étudiants de Stanford ‘ne peuvent passer la pause de 10h sans parler au téléphone, comme s’il y avait un inconfort à n’être pas stimulés –comme un ‘je ne supporte pas le silence' ».
Chaque génération d’adultes voit le changement technique –et le changement social qu’il éveille– comme une menace à l’ordre normal des choses. Platon annonça (avec raison) que la lecture serait la fin de la tradition orale et de la mémoire. Chaque génération d’adolescents embrasse la liberté et les possibilités apportées par la technologie d’une façon qui choque leurs aînés : penser à ce que l’automobile à fait des rendez-vous entre garçons et filles. [et à quoi le Minitel à servi en son temps].
Fondamentalement, le cerveau ne fonctionne pas en multitâche –ce qui se passe c’est que le cerveau commute rapidement entre tâches « Vous faites plus d’une chose, mais vous les ordonnez et vous décidez celle que vous faites à un moment donné » explique Grafman, spécialiste des neurosciences. Cette commutation d’une tâche à l’autre se produit dans une région située derrière le front, dans le cortex préfrontal (partie des lobes préfrontaux) qui est « importante pour maintenir les buts à long terme et les atteindre » « Elle permet de laisser quelque chose en plan et d’y revenir pour continuer » »C’est un processus séquentiel » cette partie fonctionne moins bien chez les jeunes enfants et chez les seniors (>50 ans).
Quand on essaye de commuter rapidement entre 2 ou plusieurs tâches, les erreurs augmentent rapidement et ça prend plus longtemps –souvent 2 fois plus– que si le choses étaient faites séquentiellement. David E. Mayer Université du Michigan. « On peut penser que c’est autrement, mais c’est un mythe ».